Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 17:16

Bonsoir cher lecteur,

La vie de Dominique Strauss-Kahn évoque de plus en plus le destin pitoyable du Costa Concordia. Une petite erreur de pilotage a suffi à
 tout envoyer par le fond - et depuis, on n'en finit plus d'en sortir des cadavres. 

Aujourd'hui, il doit se défendre de proxénétisme (nous parlons de l'ancien directeur du FMI et quasi ex-futur président de notre République). Que dit-il ? Qu'il a la prostitution en horreur ! Que jamais il n'a fait appel à des prostituées ! Et que, comment saurait-il s'il a affaire à une pute ou à une baronne, dans une soirée où tout le monde est à poil (sic, ou presque) ?

Strauss-Kahn se veut "libertin" - ce qu'il n'est pas. Le libertinage ne se conçoit qu'avec esprit et panache - ce qu'il n'a pas. Ce n'est qu'un partouzeur - point.

Qu'il aille au diable.

Pendant ce temps, voilà Sarkozy qui nous la joue "proche du peuple". Il visite les usines, balance des vannes aux ouvriers et leur claque le dos. "Sois simple, décontracté et accessible", lui ont dit ses conseillers. Peine perdue : il a juste l'air couillon, faux-cul et inconvenant. 

Ainsi va notre démocratie.

De son côté Bayrou affirme la nécessité de créer un "ministère de l'Egalité". Ce garçon nous déçoit avec une constance qui force notre admiration, depuis le jour fameux où il gifla un galopin qui tentait de lui faire les poches lors d'une visite (préélectorale) de banlieue. Ce ministère, explique-t-il, veillera à mettre un terme à toute forme de discrimination dans notre pays : par le sexe, l'âge, les origines, les capacités physiques, etc.

Bayrou rêve manifestement d'un pays où rien ne saurait se décider, se faire et s'entreprendre qui ne réponde d'abord et avant tout au respect de quotas en tous genres - que son fameux ministère fixerait en toute clairvoyance et indubitable pertinence pour le bonheur de tous, bien entendu.

Bayrou est donc un crétin doublé d'un fou dangereux - nous nous rendons, navré, à cette évidence.

Aucune déception de ce genre à redouter avec Mélenchon : quelle mauvaise surprise attendre d'un ex-trotskiste soixante-huitard, promoteur de Maestricht, compagnon de Buffet, Besancenot et Bové ? Dont le premier geste en tant que président de la République serait de courir en Algérie clamer son amour du Maghreb, et combien Français et Maghrébins ont besoin, absolument, les uns des autres, pour s'épanouir pleinement et véritablement, riches de leur "culture commune" (sic) ?

(Jean-Luc est né au Maroc où il a vécu jusqu'à onze ans, de 1951 à 1962. Ca lui a un peu tourné la tête, manifestement.)

Toutes les bonnes idées qu'il peut avoir, il les a pour de mauvaises raisons.

Quant à Marine Le Pen, elle peine... à convaincre. Son programme social est à peu près clair. Mais son programme économique, et surtout sa conception de l'économie, sont flous. Et elle n'a pas rompu avec les guignolades qu'affectionnait son père, dans le style du "carton rouge" agité lors de son meeting de Lille. Ça manque de tenu. Ça ne fait pas sérieux. 

Et on se demande toujours si ça n'est pas volontaire.

Robert Willard
le 22/02/12
 

Repost 0
Published by Robert Willard - dans Actualité divers
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 08:37

Bonjour cher lecteur,

Nous avons regardé François Hollande hier soir, invité de l'émission "Des paroles et des actes". Nous attendions, comme tout le monde, la séquence "débat" qui devait l'opposer à Alain Juppé.

Nous n'avons pas du tout aimé l'intervention de Juppé - et, sans avoir encore lu aucun sondage à ce propos, nous ne serions pas surpris d'apprendre que beaucoup de nos compatriotes sont dans notre cas.

C'est un erreur de l'avoir envoyé sur ce coup-là. Juppé a sans doute des tas de qualités, mais c'est un crâne d'oeuf. Il n'est pas sympathique. Et il a été spécialement malavisé hier soir, en s'essayant à l'humour (qu'il manie comme un croque-mort), et en prenant de haut François Hollande. Celui-ci nous en a paru, par un classique contre-coup, beaucoup plus aimable qu'à l'ordinaire.

(Même s'il nous a fait frissonner lorsqu'il a laissé entendre qu'il n'excluait pas d'imposer des quotas ethnico-sociaux dans les entreprises pour lutter contre la ségrégation visant les "populations défavorisées". Ce fut dit sans le dire, juste après qu'il eût promis d'en finir avec les contrôles d'identité au faciès.)

Non, Juppé n'était pas une bonne idée. Le comble de son antipathie fut atteint lorsque apparut sur sa lèvre inférieure une de ces redoutables petites boulettes blanches, gluantes, qui s'étirent en un filament répugnant au gré des ouvertures et fermetures de bouche. Outre qu'elles sont peu ragoûtantes et hypnothysantes, elles sont notoirement symptomatiques de sècheresse buccale induite par un haut niveau de stress. Cette déficience salivaire, qui révélait un homme inquièt derrière son arrogance inutile et ses tentatives d'humour terrifiantes, acheva de faire pencher nos sentiments du côté hollandéen.

C'est bien dommage.

Robert Willard
le 27/01/12

Repost 0
Published by Robert Willard - dans Actualité divers
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 14:24

Bonjour cher lecteur,

Rebondissement dans l'affaire du paquebot Concordia échoué sur la côte italienne : Fabiola Russo, l'épouse du sémillant commandant du navire, dénonce le "lynchage" médiatique dont il est victime. Elle affirme qu'il n'a rien à voir avec le play-boy branleur décrit par la presse : c'est, tout au contraire, un homme sérieux et méthodique, au professionnalisme éprouvé. Il servirait de bouc émissaire dans cette affaire, dont la responsabilité serait à partager avec la compagnie Costa, employeur du commandant. C'est ce que prétend aussi ledit commandant, Francesco Schettino : il n'a rien fait de pire que ce qu'il pratique depuis des années, comme la plupart de ses pairs, avec la bénédiction de ses employeurs.

Bon. C'est possible. Mais ces protestations seraient certainement reçues avec d'avantage de bienveillance si Francesco n'avait pas abandonné son navire en train de couler avant tous ses passagers ; et plus encore, s'il n'avait ce physique si déplorablement avenant. Quant à tirer cette histoire au clair, sans contestation possible aucune, voilà qui nous semble relever de la formalité. Car il n'est pas concevable que des bâtiments de cette taille (en gros, l'équivalent d'une Tour Eiffel flottante), comportant la crème du luxe équipementier, ne soient pas équipés, à tout le moins, de l'équivalent d'un GPS - ou de quelque autre de ces gadgets radiotéléphoniques qui permettent aujourd'hui de localiser, au mètre près, le plus misérable des téléphones portables. 

Nous attendons, donc, qu'une enquête soit menée en ce sens pour que lumière soit faite sur les véritables pratiques de ces compagnies maritimes. Qui sait : cela pourrait occasionner quelques éclaboussures. A suivre.

Pendant que le beau Francesco se morfond en résidence surveillée, et que Sarkozy coule... dans les sondages, François Hollande garde fermement la cap sur son pédalo, et nous en dit un peu plus sur son programme.

A notre surprise, nous sommes d'accord avec bon nombre des mesures prévues. Celles touchant la finance sont frappées au coin du bon sens, qui taxent, ou interdisent, les transactions et les produits financiers sans rapport avec "l'économie réelle" ;

la séparation des banques d'affaire et de dépôt : pourquoi pas ;

la volonté affichée de promouvoir la productivité des PME : très bien - à voir par quels moyens ;

le réquilibrage de la fiscalité des grandes entreprises relativement aux PME : évidemment oui.

En revanche, la baisse des prix des médicaments : non. Nous aimerions plutôt une incitation à la division par deux (pour commencer) de la consommation, et une division par quatre de la taille des conditionnements (ce qui éviterait aux foyers français de se retrouver avec de véritables officines pharmaceutiques à leur domicile, dont les stocks sont pour une bonne part périmés) ;

le droit de vote pour les étrangers, communautaires ou pas, ne doit même pas faire débat : c'est une connerie sans nom. Un étranger, est un étranger. Ou bien quoi ?

le mariage gay et le droit d'adoption pour les couples homosexuels : dans le même sac que le droit de vote des étrangers. Les aveugles ont-ils "droit" à la vue ? Bon.

Etc. Nous dirons que, très globalement, nous souscrivons au projet économique et fiscal, mais que le volet social du programme nous fait tousser. C'est le problème avec les socialistes : même quand on veut être d'accord avec eux - on ne peut pas.

Pour fnir nous attirerons votre attention sur un point révélateur d'un changement de mentalité. Parmi ses mesures économiques de soutien aux entreprises, François envisage celle-ci : «Notre système fiscal sera adapté à la situation des entreprises exposées à la compétitivité et qui produisent en France». Ce genre d'"adaptation" de la fiscalité, cher lecteur, se nomme "protectionnisme", en bon français.

Notez-le bien : le protectionnisme sera une notion clé des différents programmes économiques de cette campagne, tous bords confondus.

Robert Willard
le 26/01/12

Repost 0
Published by Robert Willard - dans Actualité divers
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 12:29

Vous l'avez compris cher lecteur, nous allons vous parler du désormais fameux "triple A".

Du fait que nous venons de le perdre, plus exactement - et de l'actualité tournant autour de cet événement.

Rappelons brièvement de quoi il retourne. Les Etats ont besoin de pognon pour financer leurs investissements (et, hélàs, leur budget aussi, pour beaucoup). Ce flouze, ils doivent l'emprunter sur les marchés financiers en émettant des titres de dette assortis d'un certain taux d'intérêt. Plus l'économie du pays emprunteur est réputée pourrie, plus les taux d'intérêts qu'il doit garantir sont élevés pour compenser le risque couru par les prêteurs (ceux qui ont souscrit à de la dette grecque ont une idée désormais très concrète de la réalité de ce risque).

L'état de fraîcheur des économies nationales est noté, sous sa forme la plus médiatisée, de "triple A" pour les plus belles, à "D" pour celles en état de décomposition avancée - en passant par diverses combinaisons alphabétiques des lettres A,B,C représentant autant d'états intérmédiaires.

Cette note est attribuée par des agences de notation privées et indépendantes, dont les trois plus célèbres sont Standard and Poors, Moody's (américaines) et Fitch (française).

S&P, seule sur les trois agences, vient de nous dégommer un "A" : ça suffit pour que nous ne soyons plus classé "triple A".

Ce que Sarkozy nous décrivait comme une forme d'apocalypse, souvenez-vous. Un cataclysme absolu, dont la prévention devait justifier augmentations d'impôts, coupes budgétaires et autres mesures d'austérité drastiques - "sueur, sang et larmes" de notre temps.

Et donc, que s'est-il passé concrètement ?

Rien de très clair, cher lecteur.

L'euro a chuté, puis remonté. La France et l'Espagne (dégradée elle aussi) ont levé sans aucun problème (hier et aujourd'hui) les emprunts dont elles avaient besoin sur les marchés, à des taux inférieurs à ce qu'ils étaient avant dégradation.

Pas l'ombre d'un début de vent de panique.

Vous en êtes étonné ? Il ne faut pas. C'est que la chose était largement anticipée, depuis belle lurette, par les acteurs financiers. Voilà plus d'un an que les grands fonds d'investissement n'achètent plus de dette en Europe, autre qu'allemande. L'écart de taux d'intérêts (spread) entre France et Allemagne intégre depuis des mois la perte d'un "A". Nous avons publié dans ce blog un très instructif graphique montrant en quelle estime la dette française était tenu par les marchés, bien avant que ne soit seulement mentionnée une quelconque intention de dégradation.

Sarkozy est comparable à un charlatan qui vendrait  à prix d'or des vaccins à des naïfs déjà atteints du virus dont il prétendrait les protéger - en leur prédisant les pires souffrances sinon. Il ne se passe rien, cher lecteur, parce que tout s'est déjà passé.

En vérité c'est encore pire que cela, puisque non seulement Sarkozy nous vend son remède trop tard, mais en plus, ce n'est pas le bon !

Nous n'inventons rien, hélàs. Notre président, vous ne l'avez pas oublié, entendait prendre des mesures de réduction des déficits publics, ceux-ci étant présentés comme LA cause de dégradation dont il fallait se prémunir, parce que sinon, les taux d'intérêts blabla, la charge de la dette blablablablabla...

Or l'explication avancée par S&P pour sa dégradation ne mentionne pas du tout prioritairement le déficit public. Au contraire, il y est reproché aux gouvernements des nations dégradées de s'être trop focalisés sur les questions de déficits, et pas assez sur celles de la compétitivité, et de la souplesse du marché du travail !

C'est à se tordre... Enfin, se sera à se tordre dans dix ans, lorsque les choses auront repris un cours normal : pour l'instant, c'est surtout à chier, et à en chier des ronds de frites.

Robert Willard
le 17/01/12

Repost 0
Published by Robert Willard - dans Actualité divers
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 11:03

Bonjour cher lecteur,  

Eva Joly en avait manifestement marre de rester en coulisse. Tous ces clowns sur la piste, les projecteurs, les caméras, le public… Pourquoi pas elle, nom d’un fjord ?  

E
lle avait déjà tâté le terrain, notez bien. Nous avait balancé quelques vannes histoire de sentir le vent : sur le défilé du 14 juillet, qu’il faut repenser façon parade de disneyland ; sur la fête de Jeanne d’Arc, célébration crypto-nazie à abolir d’urgence ;  sur le 11 novembre enfin, qui doit devenir une « journée de la paix européenne» dont il conviendra de bannir toute référence au conflit franco-allemand  (il sera toujours admis de déposer des gerbes sur les tombes des soldats tombés, mais seulement celles des « mutins » fusillés de 1917. Les froussards qui se sont fait trouer la peau sans protester, en courant comme des cons à l'assaut de nids de mitrailleuses prussiens, seront priés de pourrir dans l’oubli dorénavant).

Ces joyeusetés ont rencontré un certain succès. La majorité en place a bien réagi : protestations, critiques acerbes – même une allusion presque xénophobe du premier ministre relativement à sa nationalité franco-norvégienne, qui serait beaucoup moins « franco » que norvégienne.

(Allusion à laquelle Eva a délicieusement répondu : « Je ne descends pas de mon drakkar ! », prononcer : « Che ne tescends pas te mon trakkar ! »…)  

Le public était manifestement mûr pour apprécier pleinement son vrai numéro. Alors, hop ! , entre l’arrivée des observateurs de la Ligue Arabe à Damas (très attendue) et le lancer de TVA sociale (particulièrement périlleux car sans aucune préparation de l’artiste) – Eva déboule sur la piste, toutes lunettes flamboyantes et coiffure invraisemblable déployées,  se plante résolument dans la lumière et clame, de son accent à la musicalité inimitable, qu’il faut que «juifs et musulmans puissent célébrer Kippour et l'Aïd-el-kebir lors d'un jour férié» afin que «chaque religion ait un égal traitement dans l'espace public». Ainsi «l'égalité et la laïcité auront avancé dans notre pays » ! Et d’ajouter, irrésistible : «Quand j'entends Claude Guéant et Marine Le Pen, j'ai mal à ma France, j'ai mal à notre France» !

Nous avons beau être blasé, nous devons concéder que ça nous interpelle. Fallait oser.  Nous avons presque envie d’applaudir – à moins que cette démangeaison que nous ressentons dans les phalanges ne soit à interpréter différemment.

Récapitulons :

On conchie les symboles fondateurs de notre identité nationale (Jeanne d’Arc, qui commet le double crime de nous rappeler notre chrétienté fondamentale et le coup de pied au cul asséné à la Perfide Albion ;  le 14 juillet, fascistement intitulé « fête nationale » (horreur !) ; et le 11 novembre, comble du comble, qui nous rappelle que nous avons fait la guerre à l’Allemagne (Ouh ! tabou ! Tout le monde s'aime d'amour en Europe, Saint Oui-Oui et Grand Schtroumpf priez pour nous !) et que nous l’avons gagnée (en plus !) ;  

Puis, chasse d’eau tirée sur ces sordides résidus mémoriels, on fait place aux vraies célébrations importantes, pleinement représentatives de notre francitude d'aujourd'hui : le Kippour et l’Aïd-El-Kebbir.

Bon. On ne saurait être plus clair, non ?

On a une idée précise de la France d’Eva (celle à laquelle elle a « mal », rappelez-vous) : c’est à peu près tout, sauf la notre.

Quand-est-ce qu'elle remonte dans son Drakkar ?

(Notez que les bouddhistes ne sont pas un problème. Eva a mal aux musulmans et aux juifs – mais pas aux bouddhistes.  Ils sont pourtant aussi nombreux que les juifs en France. Nous n’irons pas plus avant dans ce commentaire, de peur d’avoir mal à la loi Gayssot.)

Robert Willard
le 17/01/12

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Robert Willard - dans Actualité divers
commenter cet article
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 19:20

De deux choses l'une, cher lecteur :

Soit les conseillers en communication de François Hollande sont les pires crétins qu'ait connu le parti socialiste, soit ils n'ont aucune sorte d'influence sur leur candidat.

Juste pour le cas où notre première hypothèse serait la bonne, nous nous permettons donc un conseil,  bref, mais vital, à François (qui, nous devons l'avouer, nous est malgré tout sympathique) : qu'il arrête, au plus vite, ses imitations de François Mitterrand.

Ou si vraiment il ne peut pas, qu'il les réserve pour le miroir de sa salle de bain.

Il y va de sa campagne, et, peut-être, de sa carrière d'homme public.

Certes, nous doutons que le ridicule ait des bornes indépassables en matière politique. Mais à tout hasard, François : fais gaffe, quoi, merde !

Bob Willard
le 09/01/12

Repost 0
Published by Robert Willard - dans Actualité divers
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 14:24

Bonsoir cher lecteur,

Initialement j'envisageais de vous parler de l'Europe. Puis l'envie m'est venue de faire un détour, ô combien plus réjouissant, par Salma Hayek : donc, pour l'Europe, revenez plus tard.
    salma3-copie-1.jpg

Oui, pour l'instant j'entends célébrer vigoureusement, et même : gaillardement, cette Légion d'Honneur décernée à Salma Hayek par le Grand Maître Nicolas Sarkozy. Non pas que j'accorde la moindre importance à la chose en soi - je me fous de la Légion d'Honneur comme de mon premier super-malabar. Mais il se trouve qu'Arielle Dombasle est chevalier, elle, depuis déjà cinq ans. Peut-on me dire en quoi l'humanité se trouve enrichie de l'existence d'Arielle Dombasle ? Me donner une idée de sa contribution, même la plus infime, au bien-être général ? Qui parmi vous, chers lecteurs, lui est-il redevable d'un seul instant d'émotion - autre qu'une violente envie de la gifler ? Certes Arielle doit cette distinction à un Chirac déjà très diminué - mais le gâtisme n'excuse pas tout, fût-il présidentiel.

L'affaire demandait réparation.

C'est chose faite avec la décoration de Salma Hayek : cette Fabuleuse arrive après Dombasle comme l'Astre du Jour après la pluie (je devrais même dire : le crachin, que je situe plus haut dans l'échelle du désagrément). On notera au passage l'ironie du terme, Salma étant la dernière femme sur cette Terre ayant besoin d'être "décorée" - mais réjouissons-nous pour cette pauvre Légion d'Honneur, si habituée, depuis la fin de l'Empire, aux poitrines chenues de vieux kroumirs riches d'ans plus que d'un quelconque mérite, ou vulgairement bombées de crétins à entregent - ou sinistrement dombaslesque.

Donc gloire, oui, gloire, et honneur ! à Salma Hayek, Hymne Magnifique à  la Féminité Sulfureuse,  Phare Rayonnant des Libidos en Détresse, Porshe 911 Carrera 4S Faite Femme, Sorcière Sublime et Comestible, Brune d'Entre les Brunes ! Gaaarde à vous ! Présenteeez  armes !

 ...

Rompez.

Bob Willard
le 06/01/12

Repost 0
Published by Robert Willard - dans Actualité divers
commenter cet article
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 18:50

Bonsoir cher lecteur,

Nous n'iront pas quatre chemins : les Intouchables nous font chier. Vigoureusement.

Et ce, sans que nous ayions vu le film.

Mais tout y est si bien réuni pour nous en garantir la détestation !

Omar, qui nous épuise à faire de sa négritude son fonds de commerce ; le personnage joué par Omar : le mythique voyou au grand coeur, par qui l'on entend nous faire oublier tous les autres voyous voleurs, tabasseurs, casseurs, emmerdeurs, qui pourrissent tant et tant de vies (de gens, il est vrai, "valides", donc sans intérêt dramatique) ; Cluzet, fade, sans charisme, éternel ersatz de Dustin Hoffman (il n'y est pour rien mais cela nous insupporte quand même).

La thématique si archi-usée qu'elle en a acquis la transparence d'une culotte pour film X : le voyou (au grand coeur, donc) pourfendeur de conventions bourgeoises compassées et hypocrites, emportant la sympathie par son naturel et son impétueuse générosité ; la pseudo audace consistant à traiter le handicap sans ménagement, "normalement", qui prétend nous estomaquer en faisant dire "merde !" à un paraplégique.

Non, cher lecteur, oubliez cette daube, ce si pur et répugnant produit de la bien- pensance d'aujourd'hui.

Si vous voulez voir une production où le handicap est vraiment traité audacieusement, avec grande tendresse et délicieux humour, inutile d'aller perdre votre temps avec les Intouchables : restez chez vous et regardez la série "Monk" - tout simplement. Elle passe tous les jours à 18h15 sur TMC. C'est un chef-d'oeuvre.

Pauvre cinéma français !

Robert Willard
le 08/12/11

Repost 0
Published by Robert Willard - dans Actualité divers
commenter cet article
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 14:46

Bonjour cher lecteur,

Kadhafi s'est fait avoir depuis notre dernière chronique.

Manifestement cet imprévoyant n'avait pas de sous-marin pour fuir vers le Venezuela. Et manifestement aussi, il n'était pas résolu à mourir en combattant, contrairement à ce qu'il avait fièrement déclaré - ainsi que l'atteste sa tentative de fuir Syrte, ville symbolique pourtant toute désignée pour une mort héroïque.

Quoiqu'il en soit, sa fin aura singulièrement manqué de panache - extrait, tel un bigorneau récalcitrant, d'un tronçon de tout-à-l'égout en construction, puis lynché comme une vulgaire femme adultère.

Saddam Hussein avait été tout aussi peu brillant il y a huit ans, lorsqu'il fut découvert dans un simple trou minablement aménagé, hirsute et hagard comme un clodo brutalement réveillé.

En 1945 Mussolini, l'empereur du coup de menton, fut, lui, reconnu par des résistants italiens, alors qu'il s'était déguisé en sous-officier allemand et caché parmi d'autres fuyards teutons à l'arrière d'un camion.

Himmler avait troqué son uniforme chamarré de Reichsführer-SS, tout étincelant de têtes de mort, croix de fer et runes chromées, contre une modeste tunique de caporal de la police militaire. Abdiquant toute dignité, il s'était de plus affublé d'un bandeau sur un oeil et avait rasé sa trop célèbre petite moustache. Ce subterfuge digne de Bibi Fricotin ne l'empêcha pas d'être reconnu, et arrêté lors d'un banal contrôle allié.

Les Ceausescu, stars mondiales du communisme conquérant, ont fini jugés à la va-vite dans une base militaire, coincés derrière deux tables de formica, et fusillés dans la foulée. Ils avaient été rattrappés à l'issue d'une rocambolesque tentative de fuite en hélicoptère, dont on ne sait si elle échoua faute de carburant ou par trahison du pilote.

Etc.

La liste est longue de tous ces dictateurs, despotes et potentas qui fanfaronnèrent du temps de leur puissance, avec virils discours sur fond de trompettes guerrières - et dont la trajectoire s'acheva misérablement, dans la peur et le ridicule.

C'est étonnant.  

Robert Willard

le 22/11/11

Repost 0
Published by robertwillard - dans Actualité divers
commenter cet article
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 08:37

Bonjour cher lecteur,

Ainsi donc, d'après notre Ministère de l'Education Nationale, il convient dorénavent d'enseigner à nos adolescents qu'il leur appartient de choisir leur sexe.

Après tout, pourquoi pas ?

Luc Chatel était adolescent lorsque Margaret Tatcher est devenue "Première" : on peut concevoir que la conduite du pouvoir par cette femme, très médiatisée, objet d'innombrables sarcasmes à connotation sexuelle, ait pu profondément marquer le jeune homme - déjà particulièrement réceptif, peut-être, aux exemples venus du monde politique.

On peut comprendre aussi que ses repères, déjà ébranlés (!) en une période clé de sa construction sexuelle, aient été encore davantage délités par la fréquentation permanente, ces vingt dernières années, des hommes (?) politiques français.

Les choses vues sous cet angle, on ne saurait en vouloir à Luc Chatel de n'attribuer aucune importance particulière, en terme comportemental, au fait d'être doté, ou non, d'une paire de couilles.

La conséquence logique de cette nouvelle orientation éducationnelle est évidemment l'instauration prochaine par l'Education Nationale de cours de Construction Sexuelle, permettant à nos jeunes de faire le choix de leur sexe en toute connaissance de cause, par le biais d'expériences variées et éclairantes.

Garçons et filles s'y entremêleront en joyeuses et hautement pédagogiques séances de travaux pratiques, sous la supervision de consultants qualifiés (les stars du pornos trouveront là à se recycler dignement en fin de carrière, à la manière des sportifs de haut niveau devenant commentateurs auprès des chaînes de télévision).

Par la suite chacun aura le loisir soit de conserver ses attributs sexuels naturels (sans préjuger de l’orientation sexuelle proprement-dite), soit d’en changer par voie chirurgicale. Bien entendu l’opération sera intégralement prise en charge par la Sécurité Sociale, en vertu du droit reconnu à tout être humain d’avoir le sexe qui lui convient.

Notre société vient de faire là un pas de géant vers la vraie modernité.

Il était temps !

Merci Luc Chatel !

Bob Willard
Le 13/07/2011

Repost 0
Published by Robert Willard - dans Actualité divers
commenter cet article