Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 18:52

"Mon adversaire, c'est la finance !"

Voilà une déclaration comme nous les aimons, cher lecteur !

Tellement inattendue !

Et tellement sincère, de toute évidence !

Qui lui sort littéralement des tripes, à François. Quel jaillissement ! Quelle fougue ! Quelle révolte !

Quel Chef !

Avec lui au moins, ces enfoirés d'affameurs financiers vont comprendre leur douleur : ça va chier des bulles !

Nous n'étions pas spécialement disposé à voter pour lui, mais après cette impétueuse déclaration de guerre, nous voilà hésitant.

Hésitant seulement, oui, mais ne doutant pas d'être rapidement convaincu. Pour ce faire François n'a plus qu'une simple formalité à régler : nous expliquer que la position de vice-président du Cercle de l'Industrie de son directeur de campagne (et donc, en quelque sorte, "bras droit"), Pierre Moscovici, n'entame en rien sa parfaite indépendance à l'égard de la "finance".

(Le Cercle de l'Industrie regroupe une trentaine d'entreprises du CAC40 : il se veut "un lieu de dialogue et d’échanges destiné aux grandes entreprises industrielles", sur la thématique du développement et d'autres trucs que nous vous laissons découvrir ici. C'est un lobby patronal, donc.)

Nous nous inquiétons certainement à tord, mais on voudra bien nous pardonner cet ultime scrupule de quasi-converti. Nous sommes ... perturbé, à l'idée de Moscovici siégeant, lors des réunions du conseil d'administration du Cercle de l'Industrie, aux côtés des hauts responsables d'EDF, Air Liquide, Alstom, Saint-Gobain et Lafarge.

Car, s'il n'y a pas lieu d'y voir malice dans le principe (lequel est des plus louables sur le papier), on ne peut se défendre d'un certain trouble à la lecture de la composition de l'actionnariat de ces sociétés :

pour Air Liquide,  c'est 63% du capital détenu par des "investisseurs institutionnels" (ou "zinzins" pour les spécialistes), c'est-à-dire banques, fonds d'investissement, assurances ;

Alstom est détenu majoritairement par Bouygues, lui même détenu à 40% par des "actionnaires étrangers"  ; 

Saint-Gobain appartient pour 60% aux "zinzins", et pour 17% à Wendel (société d'investissement) ;

Lafarge : 50% "zinzins", 21 % Groupe Lambert Frères (société financière) ;

EDF enfin, détenu à seulement 13% par les institutionnels.

Notre trouble vient de ce que, naïvement, nous assimilions jusqu'à présent les banques, fonds et sociétés d'investissements, compagnies d'assurances, et sociétés financières, au monde de la "finance" contre lequel François vient d'entrer en guerre. Mais il s'agit sûrement là de "gentils", l'équivalent financier des supplétifs indigènes de nos guerres coloniales.

François nous expliquera tout ça.

Nous avons hâte !

Robert Willard
le 21/01/12

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Willard
commenter cet article

commentaires