Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 17:16

Bonsoir cher lecteur,

La vie de Dominique Strauss-Kahn évoque de plus en plus le destin pitoyable du Costa Concordia. Une petite erreur de pilotage a suffi à
 tout envoyer par le fond - et depuis, on n'en finit plus d'en sortir des cadavres. 

Aujourd'hui, il doit se défendre de proxénétisme (nous parlons de l'ancien directeur du FMI et quasi ex-futur président de notre République). Que dit-il ? Qu'il a la prostitution en horreur ! Que jamais il n'a fait appel à des prostituées ! Et que, comment saurait-il s'il a affaire à une pute ou à une baronne, dans une soirée où tout le monde est à poil (sic, ou presque) ?

Strauss-Kahn se veut "libertin" - ce qu'il n'est pas. Le libertinage ne se conçoit qu'avec esprit et panache - ce qu'il n'a pas. Ce n'est qu'un partouzeur - point.

Qu'il aille au diable.

Pendant ce temps, voilà Sarkozy qui nous la joue "proche du peuple". Il visite les usines, balance des vannes aux ouvriers et leur claque le dos. "Sois simple, décontracté et accessible", lui ont dit ses conseillers. Peine perdue : il a juste l'air couillon, faux-cul et inconvenant. 

Ainsi va notre démocratie.

De son côté Bayrou affirme la nécessité de créer un "ministère de l'Egalité". Ce garçon nous déçoit avec une constance qui force notre admiration, depuis le jour fameux où il gifla un galopin qui tentait de lui faire les poches lors d'une visite (préélectorale) de banlieue. Ce ministère, explique-t-il, veillera à mettre un terme à toute forme de discrimination dans notre pays : par le sexe, l'âge, les origines, les capacités physiques, etc.

Bayrou rêve manifestement d'un pays où rien ne saurait se décider, se faire et s'entreprendre qui ne réponde d'abord et avant tout au respect de quotas en tous genres - que son fameux ministère fixerait en toute clairvoyance et indubitable pertinence pour le bonheur de tous, bien entendu.

Bayrou est donc un crétin doublé d'un fou dangereux - nous nous rendons, navré, à cette évidence.

Aucune déception de ce genre à redouter avec Mélenchon : quelle mauvaise surprise attendre d'un ex-trotskiste soixante-huitard, promoteur de Maestricht, compagnon de Buffet, Besancenot et Bové ? Dont le premier geste en tant que président de la République serait de courir en Algérie clamer son amour du Maghreb, et combien Français et Maghrébins ont besoin, absolument, les uns des autres, pour s'épanouir pleinement et véritablement, riches de leur "culture commune" (sic) ?

(Jean-Luc est né au Maroc où il a vécu jusqu'à onze ans, de 1951 à 1962. Ca lui a un peu tourné la tête, manifestement.)

Toutes les bonnes idées qu'il peut avoir, il les a pour de mauvaises raisons.

Quant à Marine Le Pen, elle peine... à convaincre. Son programme social est à peu près clair. Mais son programme économique, et surtout sa conception de l'économie, sont flous. Et elle n'a pas rompu avec les guignolades qu'affectionnait son père, dans le style du "carton rouge" agité lors de son meeting de Lille. Ça manque de tenu. Ça ne fait pas sérieux. 

Et on se demande toujours si ça n'est pas volontaire.

Robert Willard
le 22/02/12
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Willard - dans Actualité divers
commenter cet article

commentaires