Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 12:18

« Radar pédagogique ».

Toute la décomposition de notre société tient dans ces deux mots.

Voilà comment nous voyons les choses :

- Il y a des limitations de vitesses imposées aux automobilistes en France

- Ces limitations sont souvent outrepassées et cela provoquent de graves et nombreux accidents

- On installe des radars pour constater ces outrepassements et sanctionner les contrevenants

- La peur du radar et de la sanction concomitante amène l’automobiliste à tenir sa vitesse dans les limites raisonnables imposées

Un enfant de cinq ans comprend ce principe. Il y a la loi. Et le bâton pour qui ne la respecte pas – parce que sinon c’est le BORDEL.

On pourrait penser qu’un système à ce point pétri de bon sens, et, finalement, si JUSTE, ne saurait prêter le flanc à la moindre contestation.

Et de fait, personne, à notre connaissance, ne conteste la dangerosité des vitesses excessives et le fait qu’elles sont avérées dans une large proportion des accidents graves. La limitation imposée de la vitesse ne fait pas débat (à part pour le réseau autoroutier, et encore, hors mauvaises conditions climatiques ).

Les radars eux-mêmes sont acceptés – la polémique les concernant touchant leur lieu d’implantation plus que leur existence proprement dite.

MAIS CES RADARS DOIVENT ETRE SIGNALES. 67% des Français l’exigent.

A quoi peut servir de signaler un radar à un automobiliste respectant la vitesse limite imposée ? Il s’en contrefout. Mieux : la non-signalisation est autant d’économie en frais de panneaux et autres accessoires .

A l’EVIDENCE, le signalement des radars ne peut être exigé que par les CONTREVENANTS DELIBERES, qui, non contents de s’afficher ouvertement comme tels, entendent, tout aussi ouvertement, ôter aux forces de l’ordre la possibilité de les sanctionner.

ET CA MARCHE !

D’où les « radars pédagogiques ».

Le « radar pédagogique », cher lecteur, produit ce merveilleux effet de signaler à l’automobiliste contrevenant le lieu où il risque sanction et donc, symétriquement, tous ceux où l’impunité lui est assurée (c’est-à-dire 99% du réseau routier).

Vous vous direz qu’il existe déjà des panneaux signalisateurs remplissant ce stupéfiant office.

C’est vrai, mais ils ne sont pas « pédagogiques ». Le radar pédagogique vous indique la vitesse à laquelle vous contrevenez à la limitation imposée, tout en vous avertissant qu’un vrai radar va vous flasher plus loin si vous ne ralentissez pas dare-dare.

Vous vous demandez en quoi c’est pédagogique ?

Ca l’est, mais pas au sens où l’on pensé les législateurs.

Car il est entendu que ces engins ne modifieront jamais, pas une fraction de seconde, le comportement des automobilistes, puisque, de par leur concept même, ils ne concernent pas l’automobiliste vertueux, et accroîssent le confort de contrevenance du contrevenant.

Non, leur vertu pédagogique est ailleurs.

Ils nous renseignent, en une synthèse d’une rare puissance, sur le degré de lâcheté de nos responsables politiques, d’incivisme revendiqué de nos CONcitoyens – et de stupidité de tous confondus.

Oui, cher lecteur, ces radars sont vraiment, vraiment, « pédagogiques » !

Robert Wilard
Le25/06/2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Willard - dans Actualité divers
commenter cet article

commentaires