Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 15:39

Elie Cohen est allé chez le coiffeur, cher lecteur.

Coïncidence ? Nous avons entièrement partagé sa position à propos des hauts-fourneaux de Florange, et leur fermeture nécessaire, lors de son intervention sur le plateau de C dans l'air.

Passé un certain niveau d'invraisemblance en matière de coupe de cheveux, il doit être difficile de raisonner correctement.

Mais Florange, donc. Cela faisait plusieurs jours que nous nous disions, in petto : " Bon sang, si ce truc est si rentable que ça, pourquoi l'Etat ne le nationalise-t-il pas ? On garde tout le monde, on injecte les capitaux nécessaires et roule ma poule, en avant vers un avenir socialiste et radieux !"

C'est pourquoi nous avons éprouvé une seconde vive satisfaction lorsque Elie Cohen a relevé tout le paradoxal de la posture gouvernementale sur ce dossier (la première vive satisfaction concernait la nouvelle capillo-orthodoxie de l'intervenant) :

"Comment l'Etat peut-il se prétendre compétent pour apprécier la rentabilité d'une activité, au point d'avancer des arguments d'ordres techniques et commerciaux débordant très largement le cadre purement comptable où l'on attendrait qu'il se cantonnât - et dans le même élan, se déclarer inapte à la gestion de ladite affaire ?"

Bien sûr, Elie sait très bien à quoi s'en tenir - tout comme nous, et vous, cher lecteur. Quand ce n'est pas rentable - eh bien, ce n'est pas rentable ! Pour Mital comme pour Montebourg.

Les socialistes au pouvoir sont condamnés à ce genre de contorsions plus ou moins grotesques - à proportion directe des complications économiques qu'ils rencontrent. Mais les temps changent, et le public est de moins en moins facile à duper. C'est pourquoi il faut plaindre ce pauvre Montebourg, qui doit avoir de lourdes fautes a expier pour s'être vu chargé (le terme prend ici toute sa valeur) de ce ministère.

Comme  d'avoir été porte-parole de Ségolène Royale en 2007. Ou d'avoir prôné de façon un peu trop virulente la démondialisation. Qui sait ?

Robert Willard
le 05/10/12

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Willard
commenter cet article

commentaires