Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 13:02

Bonjour cher lecteur,

Quoi de neuf, depuis la dernière fois ?

Hollande est désormais notre président. Est-ce vraiment du neuf ? A peine. Ces alternances politiques changent les choses à la marge : pour les homos, qui pourront bientôt s'enfiler la bagouze devant monsieur le maire ; pour les smicards, qui vont se voir augmenter de 2% ; et pour les très riches, qui vont morfler dur, et semblent, du coup, en voie d'émigration massive.

Mais pour la classe moyenne à laquelle nous appartenons, ni pauvre, ni riche, ni homo, qui forme le gros des contribuables, rien de nouveau n'est à attendre, que traite, tonte et racket - simplement relabélisés et repackagés par la nouvelle équipe aux manettes.

C'est le Grand Cirque, vous vous souvenez ?

Ce qui est beaucoup plus nouveau pour nous, en revanche, c'est notre rythme de travail. Nous travaillons sept jours sur sept à rembourser l'emprunt que nous avons dû contracter... pour payer les frais du licenciement économique de notre cuisinier. Car en France, cher lecteur, l'entrepreneur dont la société est en difficulté et doit se séparer d'un salarié - est prié de s'acquitter de frais et indemnités diverses substantiellement supérieures à celles encourues dans le cas d'un licenciement non-économique (ou d'une rupture conventionnelle de contrat) !

Le résultat de cet ébouriffant dispositif fiscal, est que nous n'avons pas les moyens, et pour longtemps, d'embaucher un nouveau cuisinier, même moins payé. Il est aussi que nous réalisons nous-même l'installation du système de détection d'incendie imposé par la dernière norme hôtelière - faute de pouvoir nous offrir les services d'un artisan.

C'est-à-dire qu'au chômage de notre cuistot licencié, il ajoute celui du cuistot que nous ne pouvons embaucher, et celui de l'artisan que nous n'appellerons pas.

France, terre d'entreprise...

Bob Willard
le 02/07/12






Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Willard
commenter cet article

commentaires