Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 16:15

Tout est question de point de vue en ce bas monde, cher lecteur.

Ainsi pour un Européen, l'eau n'est pas une question. Dans le pire des cas, c'est une facture un peu salée. Mais pour Israël, elle compte parmi les éléments déterminants de sa politique étrangère.

On ne peut comprendre complètement l'attitude d'Israël sans avoir à l'esprit cette question de l'eau.

Les deux tiers des ressources en eau exploitées aujourd'hui par Israël proviennent de territoires extérieurs aux frontières fixées en 1948 - dont la Cisjordanie. Cette seule raison suffirait à nous faire comprendre pourquoi certains territoires occupés et illégalement colonisés ne seront JAMAIS rendus : le développement de l'agriculture, de l'économie et de la démographie israéliennes les ont tout simplement rendus indispensables en tant que sources d'eau.

De même, cette question de l'eau explique la très forte implication israélienne dans la géoplitique du continent est-africain.

Car même en spoliant toutes les ressources en eau des territoires illégalement occupés, Israël aura d'ici quelques années, compte tenu de son développement prévisible, des problèmes d'approvisionnement. Elle a un besoin vital, à terme, de sources alternatives.

L'une d'elle pourrait venir du Nil. Le Nil prend ses sources en Ethiopie (Nil bleu) et au Sud Soudan (Nil blanc), et arrive au nord Sinaï, en Egypte - aux portes d'Israël. De fait, Israël est très fortement impliquée, systématiquement et de très longue date, dans tous les conflits qui ont touchés, et touchent encore, ces pays et leurs voisins.

Elle soutient les rebelles chrétiens sécessionistes du sud Soudan contre le gouvernement islamiste du nord, à Karthoum. Cette politique l'a conduite à tremper dans la boucherie rwandaise des années quatre-vingt dix.

Elle encadre tous les projets de barrage et d'irrigation en Ethiopie, où le Nil bleu prend sa source - lequel fournit 80% de l'eau du Caire.

Absolument rien ne se passe dans cette région d'Afrique, qui ne soit autorisé, encouragé ou contrecarré, par Israël.

A cause, notamment de l'eau.

Bob Willard
08/04/2011

sources :
Carnages, Pierre Péant ;
Géopolitique - Constantes et changements dans l'histoire, Aymeric Chauprade.

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Willard
commenter cet article

commentaires