Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 10:13

Bonjour cher lecteur,

Une petite mise au point avant de reprendre sur la passionnante question de La Dette : nous ne nourrissons aucune animosité à l'égard de Dave. Tout au contraire, nous le trouvons plutôt sympathique - mais nous n'aimons pas le genre de "nouvel album" bidon dont il vient de nous gratifier. Nous pensons que, lorsque l'on n'a rien à dire, le mieux à faire est de la boucler.

Cela repose ses voisins, et permet de réflêchir à des choses intéressantes - à dire, éventuellement. L'enrichissement par la sobriété. Ce que certains appelleraient un "comportement durable".

Notre sympathie à Dave, donc, néanmoins, et revenons aux choses sérieuses.

Nous avons vu que la quasi totalité de la dette publique actuelle correspond aux seuls intérêts de cette dette (ou service de la dette) cumulés depuis 1973.

1973, date fatidique de la loi Pomidou-Giscard interdisant à l'Etat de se financer auprès de la Banque de France par création monétaire - et l'obligeant à passer par les marchés financiers d'intérêts privés.

"Mais POURQUOI diable cette mesure invraisemblable ?" se demande le contribuable de bon sens que vous êtes. "Pourquoi payer soudain à des banquiers privés, ce que l'on versait jusqu'à lors à notre banque nationale, donc à l'Etat, donc à nous-mêmes ?"

Et, ne concevant pas qu'il puisse y avoir malice à ce niveau de décision, car élevé chrétiennement et modestement dans la détestation du mensonge et le respect de l'Etat, vous vous dites, cher lecteur : "Il doit y avoir une bonne raison, un truc financier trop compliqué pour moi."

Bonne raison ? Oui, mais pas pour tout le monde. Compliqué ? Pas tant que ça.

Giscard a répondu à votre question ; elle lui a été posée par AJ Holbecq sur son blog. La réponse de Valéry  peut se résumer ainsi (nous vous recommandons chaudement de lire intégralement l'échange Holbecq-Giscard):

L'émission monétaire par les Etats pour financer leur dette est une mauvaise choses parce qu'elle est source d'inflation. Le financement doit donc se faire via le marché, moyennant intérêts versés aux acheteurs de la dette.

Que voilà du mauvais bourrage de mou, cher lecteur ! Vilaine tromperie ! Enfarinade minable, tout entière reposant sur l'ignorance commune des choses de la finance et de l'économie ! Pouha !

Que sous-entend cette réponse ? Que le recours au marché pour le financement de la dette n'engendre pas d'émission (de création) monétaire - et donc pas d'inflation. Vu par Giscard, le marché (en l'occurence, les banques) a les poches pleines de bon argent sonnant et trébuchant, bien réel, qu'il va échanger contre la dette de l'Etat moyennant intérêts. Ca se défendrait...

Mais il n'en est rien.

En fait, lorsqu'une banque prête de l'argent, elle ne prête pas du vrai argent. Sur un prêt de 100 €, seuls 20 €, au maximum, sonnent et trébuchent : le reste, la banque le CREE - purement et simplement. Exactement comme l'Etat lorsqu'il fait tourner la planche à billet (émission monétaire). Oui cher lecteur : les banques, même privées, ont ce pouvoir : créer de l'argent ex-nihilo. (Vous pensiez naïvement qu'elles prêtaient l'argent que les épargnants leur déposaient... du vrai argent... Ah ! Ah ! Giscard compte sur votre naïveté.)

L'intervention du marché n'est donc EN AUCUN CAS le moyen de prévenir émission monétaire et inflation.

L'argument giscardien est bidon. Et la question du "pourquoi" du recours au marché reste entière.

Nous allons y répondre... en répondant à la question "pour qui ?".

Mais auparavent, remettez-vous de vos émotions. D'autres énormités sont à venir, plus éprouvantes encore. Il vous faudra être en pleine possession de vos moyens pour les affronter.

A suivre.

Robert Willard
le 29/11/2011

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Willard - dans La Dette
commenter cet article

commentaires