Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 15:11

Bonsoir cher lecteur,

Voyons un peu ce qu'il y a au programme du Grand Cirque en ce moment, si vous le voulez bien.

La vedette est incontestablement tenue par Francesco Schettino, le capitaine du cargo de la compagnie Costa échoué sur la côte italienne. Il y a une semaine à peine, Francesco avait la belle vie - un beau navire, un bel uniforme, un beau bronzage et de belles dents blanches, qui devaient lui valoir l'attention de pas mal de belles passagères. Et le voilà aujourd'hui détesté de la planète entière, sous le feu d'un véritable Pearl Harbor médiatique. Les jolies italiennes crachent sur sa photo en le traitant de codardo, de bastardo, et peut-être même de frocio (car on est volontiers cruel envers ses idoles déchues). Sa vie est foutue - pour quelque temps. Puis il écrira ses mémoires et on fera un film catastrophe... de la catastrophe ; peut-être y jouera-t-il son propre rôle. Quant à savoir s'il est réellement le branleur froussard que l'on nous dépeint aujourd'hui, c'est tout simplement impossible. Aucune autre version du personnage n'intéresse les médias : laquelle serait plus vendeuse ?

Après le Capitano Codardo, nous avons, dans le rôle de boucs émissaires désignées à la furie populaire, les agences de notation. Voyez avec quelle réjouissante unanimité les politiques de tous poils s'égosillent après leurs décisions ! Avec quel (louche) empressement ils en font les principales, sinon seules et uniques, responsables de nos déboires économiques et financiers ! Bayrou et Mélanchon se disputent la plus grande gueule, la vocifération la plus guerrière, rivalisant de ridicule à coup d'appels trémolants à la "résistance" contre les Satan&Poor's et consors. Le Pen jubile, sourire plus carnassier que jamais - évidemment : elle nous "l'avait bien dit". Plus généralement, toute la classe politique européenne gueule et vomit à l'unisson. Conneries. Il faudrait tout de même se rappeler qui a construit et piloté ce barlut ingouvernable qu'est l'Europe, et qui en sont les membres d'équipage. Les agences sont autant responsables du naufrage européen, que la pétroleuse Moldave embarquée par le capitano Francesco et pour les beaux yeux de laquelle, allez savoir, il aura voulu faire le cacou avec son rafiot - que cette pétroleuse, donc, n'est responsable du plantage du Concordia. Les codardos et bastardos ne sont pas du côté de l'atlantique que l'on nous désigne, cher lecteur. Et s'ils n'ont pas encore abandonné le navire, ce n'est pas par bravoure et sens du devoir : c'est parce qu'il n'y a pas de canots de sauvetage. Et qu'ils ne savent même pas nager - ces cons !

Nous finirons par la très honorable prestation dont nous gratifie l'équipe d'observateurs de la Ligue Arabe en mission en Syrie. Ils ont le jeu encore un peu brouillon des débutants, mais le spectacle est d'une fraîcheur charmante. Ces observateurs qui débarquent dans la précipitation, sans aucune formation (la mission aurait été improvisée sous la pression de la Russie, qui avait son intérêt à cette inefficacité programmée). Qui n'observent rien du tout - ou en tous cas, pas ce que l'ONU avait décidé qu'elle devait observer. L'ONU qui propose, donc, de "former" une nouvelle équipe d'observateurs - dont on ne doute pas qu'elle "observerait", elle, comme il conviendrait, des tas de choses très préjudiciables à l'image de Bachar (témoignage d'opposant torturé ; récits de massacres ; idéalement elle découvrirait un ou plusieurs charniers : le charnier est une valeur médiatique très sûre). Quoi qu'elle rapporte, ne comptez pas sur cette mission pour faire état de la présence de groupuscules islamistes dûment armés au sein des "manifestants pacifiques", encadrant et attisant le mouvement. Cet ingrédient-là n'est pas prévu dans la salade que nous devons avaler.

Méditez bien ceci, cher lecteur : lorsque le consensus médiatique est unanime et qu'un seul son de cloche est audible, ça pue l'embrouille.

Bon week-end !

Robert Willard
le 20/01/12 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert Willard
commenter cet article

commentaires