Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 11:56

Bonjour cher lecteur,

Nous ne savons pas trop quoi faire avec Dieudonné.

Nous le tenons pour le meilleur humoriste de notre temps - et de très loin (son sketche sur le cancer est vrai chef-d'oeuvre). Mais son évolution, de plus en plus exclusivement vers le service d'une certaine cause communautaire, nous déplait foutralement.

En soutenant Dieudonné, que soutient-on ? La liberté d'expression, l'anti-gayssotisme - ou le combat d'une communauté contre une autre (qui le lui rend bien) ?

Les deux mon général - et c'est là notre problème. Nous voulons envoyer aux chiottes la loi Gayssot et toutes ses dérivées, et tirer dessus une chasse d'eau purificatrice. Mais pour le reste... Qu'avons-nous à y voir ?

Cette affaire nous donne par certain côté la désagréable impression d'assister à l'entre-étripage de deux ennemis acharnés,  auxquels nous ne sommes liés en rien - au beau milieu de notre salon. Nous ne savons pas qui va gagner, mais nous savons bien qui va payer les dégâts.

Et puis si, nous savons qui va gagner - qui a dores et déjà gagné : c'est le communautarisme, que depuis plus de deux siècles nous confondons avec la démocratie, et qui nous ronge tel un cancer.

Non, rien de bon ne peut sortir de cette histoire. Mais que voulez-vous, cher lecteur : quand c'est la merde, c'est la merde !

Bob Willard
le 10/01/14


Repost 0
Published by Robert Willard
commenter cet article
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 19:29

Bonsoir cher lecteur,

Un billet un peu particulier ce soir, puisque consacré au boxeur Joe Frazier (Smokin' pour les intimes), champion du monde des poids lourds de 1970 à 1973, décédé en septembre 2011.

Pourquoi ? Parce que nous l'aimons. Et que nous n'avons trouvé nulle part ce que nous avons réalisé ci-dessous : la liste de tous ses combats professionnels et les liens vers les vidéos, quand elles existent.


Joe était un très grand monsieur. Nous adorons l'idée qu'il fut le premier à fermer sa grande gueule à Mohamed Ali, grâce au plus fabuleux crochet du gauche de toute l'histoire de la boxe. Tout le monde devrait connaître son histoire, édifiante, magnifique et triste, où le gentil perd à la fin. Courage, rectitude morale, acharnement au travail, gentillesse... Joe est de ceux qui nous aide à ne pas désespérer de l'humanité.

Et quel sacré p... de punch !

So long, Smockin'.

Bob Willard

(A voir absolument pour les amateurs : ce superbe documentaire )

LES COMBATS PROS DE JOE FRAZIER (et vidéos associées) :

Victoires: 32 - Défaites: 4 - Nul: 1 - Knockouts: 27

1965
1965-08-16 — Woody Goss, Philadelphia, PA, W TKO 1
1965-09-20 — Mike Bruce, Philadelphia, PA, W KO 3
1965-09-28 — Ray Staples, Philadelphia, PA, W KO 2
1965-11-11 — Abe Davis, Philadelphia, PA, W KO 1
1966
1966-01-17 — Mel Turnbow, Philadelphia, PA, W KO 1
1966-03-04 — Dick Wipperman, New York, NY, W TKO 5
1966-04-04 — Charley Polite, Philadelphia, PA, W TKO 2
1966-04-28 — Don (Toro) Smith, Pittsburgh, PA, W KO 3
1966-05-19 — Chuck (Charley) Leslie, Los Angeles, CA, W KO 3
1966-05-26 — Memphis Al Jones, Los Angeles, CA, W KO 1
1966-07-25 — Billy Daniels, Philadelphia, PA, W TKO 6
1966-09-21 — Oscar Bonavena, New York, NY, W 10
1966-11-21 — Eddie Machen, Los Angeles, CA, W TKO 10
1967
1967-02-21 — Doug Jones, Philadelphia, PA, W KO 5
1967-04-11 — Jefferson Davis, Miami Beach, FL, W KO 5
1967-05-04 — George Johns, Los Angeles, CA, W 10
1967-07-19 — George Chuvalo, New York, NY, W TKO 4
1967-10-17 — Tony Doyle, Philadelphia, PA, W TKO 2
1967-12-18 — Marion Connors, Boston, MA, W KO 3
1968
1968-03-04 — Buster Mathis, New York, NY, W TKO 11
1968-06-24 — Manuel Ramos, New York, NY, W TKO 2
1968-12-10 — Oscar Bonavena, Philadelphia, PA, W 15
1969
1969-04-22 — Dave Zyglewicz, Houston, TX, W KO 1
1969-06-16 — Don Warner, New York, NY, Exh
1969-06-23 — Jerry Quarry, New York, NY, W TKO 7
1970
1970-02-16 — Jimmy Ellis, New York, NY, W TKO 5
(Won WBC Heavyweight Title)
(Won WBA Heavyweight Title)
1970-11-18 — Bob Foster, Detroit, MI, W KO 2
(Retained WBC Heavyweight Title)
(Retained WBA Heavyweight Title)
1971
1971-03-08 — Muhammad Ali, New York, NY, W 15
(Retained WBC Heavyweight Title)
(Retained WBA Heavyweight Title)
Frazier met Ali par terre 
1971-07-15 — Cleveland Williams, Houston, TX, Exh 3
1971-07-15 — James Helwig, Houston, TX, Exh 3
1972
1972-01-15 — Terry Daniels, New Orleans, LA, W TKO 4
(Retained WBC Heavyweight Title)
(Retained WBA Heavyweight Title)
1972-05-25 — Ron Stander, Omaha, NE, W TKO 5
(Retained WBC Heavyweight Title)
(Retained WBA Heavyweight Title)
1972-09-29 — Willie Monroe, Denver, CO, Exh 2
1972-09-29 — Mike Boswell, Denver, CO, Exh 2
1973
1973-01-22 — George Foreman, Kingston, Jamaica, L TKO 2
(Lost WBC Heavyweight Title)
(Lost WBA Heavyweight Title)
1973-07-02 — Joe Bugner, London, England, W 12
1974
1974-01-28 — Muhammad Ali, New York, NY, L 12
1974-06-17 — Jerry Quarry, New York, NY, W TKO 5
1975
1975-03-01 — Jimmy Ellis, Melbourne, Australia, W TKO 9
1975-10-01 — Muhammad Ali, Manila, Philippines, L TKO 14
(For WBC Heavyweight Title)
(For WBA Heavyweight Title)
1976
1976-06-15 — George Foreman, Uniondale, NY, L TKO 5
1976-12-03 — Marvis Frazier, Rochester, NY, Exh 2
1976-12-03 — Mike Koranicki, Rochester, NY, Exh 2
1981
1981-12-03 — Floyd (Jumbo) Cummings, Chicago, IL, D 10

 

 

Repost 0
Published by Robert Willard
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 14:44

moscovici 100 128

 Comme on s'y attendait cher lecteur, la grande campagne de transparence lancée par François Hollande fait souffler un vent de panique parmi ses ministres. On peut en juger avec cette édifiante conversation entre Jacques Séguéla et notre ministre de l'Economie Pierre Moscovici (que l'on doit à une indiscrétion d'un proche collaborateur du publicitaire) :

"

-Jacques, je suis dans la merde avec mon patrimoine ! Je ne sais pas quoi faire !

-Ah bon ? Tu as tant que ça à déclarer ?

-Non justement, c'est tout le contraire !

-Comment ça, "tout le contraire" ? Si tu n'as pas grand' chose, c'est plutôt bien pour toi, non ?

-Attends : en grattant tout ce que j'ai pu, je n'arrive même pas à trois-cent mille balles ! De quoi je vais avoir l'air ?

-...

-Allo ? Tu es toujours là ?

-Trois-cent mille balles ? Tu te fous de moi, Pierre ?

-Mais non bordel ! C'est pour ça que je t'appelle ! Laurent [Fabius, ndlr] serait autour de six millions, lui. Je vais passer pour un toquard !

-...

-Tu sais que ces salauds ont fait un palmarès, fallait s'y attendre. Je serais trente-et-unième sur trente-huit ! Même Cécile [Duflot, ndlr] a plus que moi !

-Putain Pierre, c'est pas vrai ! T'as rien en Suisse que tu pourrais rapatrier ? (rire).

-Très drôle ! Tu crois que c'est le moment de déconner ? Je dois rendre ma déclaration lundi !

-Je comprends bien. Merde ! Qu'est-ce qui lui a pris, à François, avec cette connerie de transparence ?

-C'est Laurent [Fabius] qui l'a poussé, c'est sûr. Depuis que j'ai parlé de taxer les oeuvres d'art il me fait la gueule. Il savait bien que je serais le plus gêné !

-Oui. Il a changé depuis qu'il est aux affaires étrangères.

-Bref. Va falloir trouver un truc pour expliquer mon patrimoine. Je les entends d'ici, baver "qu'est-ce que c'est que ce ministre de l'économie sans économies, à cinquante-cinq ans  il a moins de patrimoine que son chauffeur, le panier percé qui tient les cordons de la bourse" et toutes ces conneries !

-Oui. Faut s'attendre à ça, c'est sûr. Mais on va trouver un truc. Ça va être serré, surtout avec Cécile devant toi... mais on va trouver.

-Réfléchis-y. Priorité absolue. Je te rappelle demain matin première heure. Ok ?

-Compte sur moi, Pierre.

-Salut Jacques !

-A demain, Pierre. "

Comme quoi notre ministre est peut-être fauché, mais aussi lucide !

Robert Willard
le 16/04/2013

Repost 0
Published by Robert Willard
commenter cet article
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 14:04




Bonjour cher lecteur,

 

Les "mémoires" de Johnny Halliday sont bien partis pour être un best seller, semble-t-il. Et c'est bien naturel, car l'ouvrage contient des révélations véritablement fracassantes, ô combien édifiantes pour les générations futures : n'y apprend-on pas, autre autres, que Johnny a loupé un rencard avec Raquel Welch a cause de Michel Sardou, lequel, souffrant de diarrhées aiguës, avait mis les deux compères en retard - ce que n'a jamais pardonné la sulfureuse bolivo-américaine ?

Du très lourd, donc, comme vous le voyez - qui relègue Saint-Simon au rang de misérable pisse-copie.

Il est vraiment rassurant de constater que, crise planétaire ou pas, le bon peuple français ne perd pas de vue ses fondamentaux. Ouf !

Mais venons-en au référendum :

Pourquoi pas de référendum à propos du mariage gay - pardon : du mariage pour tous ?

En fait, pourquoi JAMAIS de référendum sur les sujets sociétaux d'importance (comme la peine de mort, le droit de vote aux étrangers, etc.) ?

Pourquoi, en revanche, tant de référendums sur des sujets aussi imbitables, pour le commun des citoyens, que le traité de Maastricht ou la constitution européenne ?

Élément de réponse, cher lecteur, avec ce tableau gracieusement fourni par wikipédia : il récapitule les référendums en France depuis 1958 : 

 

Date
Motif et circonstances Résultat (% des exprimés)
28-sept-58 Constitution de la Ve République Oui (82,6)
08-janv-61 Référendum sur l'autodétermination en Algérie Oui (74,99)
08-avr-62 Référendum sur les accords d'Évian Oui (90,81)
28-oct-62 Référendum sur l'élection au suffrage universel du président de la République Oui (62,25)
27-avr-69 Référendum sur la réforme du Sénat et la régionalisation Non (52,41)
23-avr-72 Référendum sur l'élargissement de la CEE (Royaume-Uni, Irlande, Danemark et Norvège) Oui (68,32)
06-nov-88 Référendum sur l'autodétermination en Nouvelle-Calédonie Oui (79,99)
20-sept-92 Référendum sur le traité de Maastricht Oui (51,04)
24-sept-00 Réduction de 7 à 5 ans de la durée du mandat du président de la République Oui (73,21)
29-mai-05 Référendum français sur le traité établissant une Constitution pour l'Europe Non (54,67)


...où l'on peut voir immédiatement ceci :

lorsque le référendum porte sur une question parfaitement claire et appréhendable par le citoyen lamda, il se dégage TOUJOURS une majorité TRES NETTE. A contrario, sur des sujets à fort contenu technico-technocratique (en rouge dans le tableau), les réponses sont TOUJOURS hésitantes et la majorité faiblement significative.

Les Français semblent  s'entendre largement sur les sujets qu'ils comprennent. 

Ce qui répond, chiffres à l'appui, aux questions de notre préambule : si un gouvernement se refuse à consulter par référendum, sur un sujet clair et appréhendable, c'est très probablement qu'il est sûr d'être désavoué.

Ce qui aussi doit nous amener à considérer avec circonspection les sondages présentant des résultats équilibrés, sur ces sujets clairs et appréhendables...

Enfin, toujours à propos du référendum, et toujours dixitwikipédia : ceux qui en ont le plus usé sont Napoléon (5 fois en quinze ans), Napoléon III (3 fois en dix-neuf ans) et de Gaulle (5 fois en onze ans). Pas mal pour deux dictateurs et un crypto-despote.

Mitterrand n'y recourut que deux fois en quatorze ans (dont une à propos de Maastricht), de même que Chirac, en douze ans (dont une à propos de la constitution européenne).

Sans plus de commentaires...

Robert Willard
le 09/02/2013

Repost 0
Published by Robert Willard
commenter cet article
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 14:43

Non, rien.

Repost 0
Published by Robert Willard
commenter cet article
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 15:28

Il y a les chanteurs à voix, et le penseur à cheveux.


Si vous nous lisez régulièrement, cher lecteur, et que vous conserviez malgré tout quelque estime pour BHL, vous devez lire son dernier billet paru dans Le Point.

Il y est véritablement culminant.

Il s'y présente réservé concernant l'accord convenu avec le Qatar pour investir dans nos banlieues difficiles - "mais pas parce que c'est le Qatar, non", prévient-il ("Et d'ailleurs, que ce pays arabe décide aujourd'hui d'investir dans les quartiers en difficulté [...] est même, en soi, une bonne nouvelle.")... pour passer ensuite le reste de l'article à nous expliquer en quoi c'est précisemment le Qatar qui lui pose problème.

Comprenne qui pourra cette bizarrerie de construction - mais l'article, il est vrai, n'est pas à ça près.
 
Plus fumeux que jamais, Bernard y divague, avec force et grotesque pédanterie, sur d'invraisemblables conditions de réciprocité qu'il conviendrait de faire accepter à l'émirat : en gros, il s'agirait pour nous de prendre son pognon, et "le Qatar accepte, en retour, la mise en place par la France d'un programme de coopération culturelle et politique autour des valeurs de civisme et de citoyenneté. Tu finances mes quartiers. J'ouvre, dans tes universités, des chaires d'enseignement de cette histoire et pratique de la démocratie qui est ma richesse à moi."

Tout le plausible et le réalisme d'un épisode de Cosmos 1999 - cette fabuleuse série de science-fiction des années soixante-dix où l'on nous montrait volontiers les Terriens (en combinaisons moulantes beiges) philosophant fraternellement avec des extra-terrestres (après les avoir, dans un premier temps, combattus) pétris de sagesse et bonne volonté, vêtus de tuniques immaculées,  cheveux long, dents de nacre et haleine de jasmin !

 Le plus comique, c'est que Bernard, par cette proposition délirante digne d'un commandant Koening pris de boisson, entend nous démontrer sa lucidité : il sait que le Qatar n'est pas au top en matière de démocratie et de droits de l'Homme, voyez-vous. Il en est conscient, mais, soyons lucide (donc) : il ne peut être question d'exiger "la transformation miracle du pays en une démocratie dont chacun sait qu'elle ne se construit jamais en un jour".

D'où la modération de la demande de réciprocité sus-citée, propice à l'établissement du dialogue, puis d'une chaude complicité, en préambule à une franche amitié sur fond d'humanisme triomphant.

Et comment ne pas évoquer, à lire pareilles inepties, cette vieille andouille de Chamberlain brandissant son papier au retour de Munich, et glapissant "La paix pour notre temps !" ?

(Mais Chamberlain a fini par comprendre son erreur, et à la reconnaître, même si ce fut beaucoup, beaucoup trop tard. Nous doutons que notre penseur capillaire montre jamais pareille noblesse d'âme.)

De fait, on développerait avec profit le parallèle entre la désastreuse politique d'appeasement dont Sir Neville fut le chantre, et celle aujourd'hui menée à l'égard de l'islam, "modéré"... ou pas - nous y reviendrons.

Pour en finir avec ce billet, vous aurez noté que BHL se dit conscient de ce qu'une démocratie ne se construit "jamais en un jour". On aurait tord d'y voir un appel à l'humilité devant l'Histoire, et à accepter qu'elle ait son rythme, tout lent qu'il nous paraisse -ce serait méconnaître Bernard, profondément.

Il n'est pas homme à s'incliner devant l'Histoire - il est plutôt du genre à vouloir la mâter et lui faire dire ce qu'il veut, comme il le veut, quitte à recourir à la loi. Et au rythme qu'il juge bon. Et voilà ce qu'il veut dire, donc : une démocratie se construit... au rythme que BHL a décrété convenable. 

Et quand elle tarde trop, l'intervention, évidemment, s'impose. Le temps de l'Histoire, c'est bien : celui de BHL - qui est aussi celui des mass média - c'est mieux.

Oui cher lecteur, lisez cette dernière contribution de Bernard : elle est remarquablement synthétique. Tout y est du personnage. Il en ressort d'un coup tel qu'en lui-même, d'une prétention sans bornes, d'une bêtise toujours étonnante, creux à s'en effondrer sur lui-même, écrivain aussi nul que non avenu.

Un dérisoire penseur à cheveux.

Robert Willard
12/10/2012

Repost 0
Published by Robert Willard
commenter cet article
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 13:35

Bonsoir cher lecteur,

Nous revenons sur cette statue monumentale de Zidane actuellement dressée sur la parvis du Centre Beaubourg - immortalisant le fameux "coup de boule" qu'il asséna à un joueur Italien lors du Mondial 2006.

Nous ne comprenons pas l'absence totale de réaction à ce propos. L'univers médiatique, comme politique, semblent s'en contrefoutre avec la dernière vigueur.

En fait, nous ne comprenons RIEN à ce qui a pu rendre possible la présence de cette ... chose. Ni artistiquement, ni diplomatiquement,  ni moralement, ni sportivement, et surtout pas socialement :

-artistiquement, c'est de la merde - mais, me direz-vous, à Beaubourg on a l'habitude ;

-diplomatiquement, cela ne plaît pas du tout à nos amis Italiens (comme on le voit ici) ;

-moralement, cela reste la mise en gloire d'un acte de violence dont on peut douter qu'il constitue un sain exemple - le règlement des différends par voie de coup de boule n'étant peut-être pas un idéal comportemental à promouvoir ;

-sportivement, c'est une catastrophe : totalement contraire à l'idéal sportif de fair-play, et de plus ça nous a fait perdre la finale ;

-et le pire de tout : socialement, c'est un DESASTRE.

Zidane est une des très rares (la seule ?) personnalité médiatique d'origine immigrée à avoir si bien incarné l'intégration réussie. Adulé par l'ensemble de la population française, toutes catégories sociales confondues, toutes origines, toutes religions. Porteur de la double nationalité franco-algérienne, il a donné à ses enfants des prénoms occidentaux (Théo, Lucas, Enzo, Elias (?)), marque par excellence d'une assimilation aboutie. Génie du foot, sa carrière regorge de milliers de gestes techniques sublimes - de vraies oeuvres d'art, pour le coup.

Et  que garde cette  statue (grosse merde, donc, rappelons-le) de tout cela ? Qu'entend-elle immortaliser ?

Le pire geste jamais commis par Zidane sur un terrain de foot. Le plus violent, le plus anti-sportif, le moins professionnel, le plus idiot, celui qui a coûté le plus cher à son équipe et au pays (une coupe du monde, excusez du peu !).

Le pire du pire de Zidane.

Qui conforte les uns dans leur logique de violence systématique ("Ohé, ziva, il a défendu son honneur ! "), et les autres dans leur racisme/xénophobie ("Ouais, bon, ça reste un Arabe avec des réactions d'Arabe !").

Qui travaille magnifiquement, donc, à donner encore un peu plus d'élan à la dé-intégration en cours.

On devrait coller un procès au cul de la bande de crétins qui a permis pareille connerie.

Robert Willard
le 10/10/2012

Repost 0
Published by Robert Willard
commenter cet article
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 20:23

Bonsoir cher lecteur,

Nous serons bref ce soir - furtif, même.

Nous sommes tombé sur cet article en parcourant le site de Marianne - une véritable salve de Katioucha à destination de l'étude sur certains OGM, qui a fait si grand bruit il y a quelques temps.

(Les rats avec des tumeurs grosses comme des balles de golf, le Roundup, Monsanto, tout ça, vous vous souvenez ? Oui, vous vous souvenez. Ça a fait un tel tapage, même mon chat s'en souvient. On se serait crû à une commémoration du Vel d'Hiv.)

Évidemment, nous avons ricané dans notre barbe de trois jours. Ceux qui nous lisent régulièrement sauront pourquoi ; les autres (qui devraient dare-dare s'abonner à notre newsletter, mieux vaut tard que jamais) comprendront en lisant ceci .

Une bonne nuit à vous,

Bob Willard
le 07/10/12

P.S. Le Katioucha est un célébrissime lance-roquettes soviétique de la seconde guerre mondiale, aux effets dévastateurs et au son terrifiant, plus connu sous l'aimable sobriquet d' "Orgues de Staline".

Repost 0
Published by Robert Willard
commenter cet article
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 15:39

Elie Cohen est allé chez le coiffeur, cher lecteur.

Coïncidence ? Nous avons entièrement partagé sa position à propos des hauts-fourneaux de Florange, et leur fermeture nécessaire, lors de son intervention sur le plateau de C dans l'air.

Passé un certain niveau d'invraisemblance en matière de coupe de cheveux, il doit être difficile de raisonner correctement.

Mais Florange, donc. Cela faisait plusieurs jours que nous nous disions, in petto : " Bon sang, si ce truc est si rentable que ça, pourquoi l'Etat ne le nationalise-t-il pas ? On garde tout le monde, on injecte les capitaux nécessaires et roule ma poule, en avant vers un avenir socialiste et radieux !"

C'est pourquoi nous avons éprouvé une seconde vive satisfaction lorsque Elie Cohen a relevé tout le paradoxal de la posture gouvernementale sur ce dossier (la première vive satisfaction concernait la nouvelle capillo-orthodoxie de l'intervenant) :

"Comment l'Etat peut-il se prétendre compétent pour apprécier la rentabilité d'une activité, au point d'avancer des arguments d'ordres techniques et commerciaux débordant très largement le cadre purement comptable où l'on attendrait qu'il se cantonnât - et dans le même élan, se déclarer inapte à la gestion de ladite affaire ?"

Bien sûr, Elie sait très bien à quoi s'en tenir - tout comme nous, et vous, cher lecteur. Quand ce n'est pas rentable - eh bien, ce n'est pas rentable ! Pour Mital comme pour Montebourg.

Les socialistes au pouvoir sont condamnés à ce genre de contorsions plus ou moins grotesques - à proportion directe des complications économiques qu'ils rencontrent. Mais les temps changent, et le public est de moins en moins facile à duper. C'est pourquoi il faut plaindre ce pauvre Montebourg, qui doit avoir de lourdes fautes a expier pour s'être vu chargé (le terme prend ici toute sa valeur) de ce ministère.

Comme  d'avoir été porte-parole de Ségolène Royale en 2007. Ou d'avoir prôné de façon un peu trop virulente la démondialisation. Qui sait ?

Robert Willard
le 05/10/12

Repost 0
Published by Robert Willard
commenter cet article
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 08:59

Tout comme vous nous en avons ras-le-bol de l'atmosphère de décomposition qui plane sur notre pays, cher lecteur.

Aussi, qui que vous soyez, en mesure de prendre des décisions d'envergure, ou aspirant à l'être, voici, à titre tout-à-fait gracieux, une liste de propositions pour en finir avec le Pédalage dans la Semoule.

Pour le court-terme :

On ouvre les yeux à propos de Marseille et on réalise que cette ville est entrée en dissidence. On y décrète l'ETAT D'URGENCE, de tourte urgence. Loi martiale, couvre-feux et tout le bazard ! Et on balance cette vieille fripouille de Jean-Claude Gaudin au trou (17 ans qu'il est aux manettes là-bas : si lui n'est pas responsable de ce merdier, alors personne, jamais, n'a été et ne sera responsable de rien ! ) et on envoie la troupe, nom de Dieu !

Les paras ! la Légion ! Les commandos de marine ! Les blindés ! Les hélicoptères d'assaut ! Bien plus utiles là-bas qu' à faire le sale boulot des Amerlocks, en Afgahnistan ou ailleurs !

Ca servira de répétition générale pour la grande remise au carré du pays !

Bon.

Pour le moyen terme, maintenant :

On arrête de mettre sur le même plan le christianisme et les autres religions non laïco-compatibles - cette égalité de traitement conduissant à la décomposition rampante de notre mode de vie. Le christianisme n'est peut-être pas notre religion, mais c'est notre culture : plaçons donc le christianisme et ses manifestations traditionnelles diverses (cultuelles, architecturales, vestimentaires, ornementale, symbolique, etc.) sous la protection de l'exception culturelle française. Et distinguons ainsi, en toute laïcité républicaine, entre églises, fêtes chrétiennes, traditions alimentaires  chrétiennes, etc. - et tout le reste.

Ca remettra les pendules à l'heure, et permettra de pratiquer une salutaire discrimination dans le strict respect de la constitution.

Ok.

Pour le longt terme, enfin :

Affirmons notre intention ferme et défintive d'abandonner l'euro. Notre détermination ne faisant plus de doute, et notre départ devant entraîner inévitablement la désintégration de la zone euro, l'Allemagne se résoudra à organiser avec nous sa dissolution dans l'ordre et la discipline. Ainsi, zéro "chaos" ni "retour à la barbarie" prédits par notre penseur capillaire préféré. Puis, restauration d'un protectionnisme ciblé et impitoyable - parallèlement à un franc rééquilibrage des charges et du droit du travail en faveur des entreprises.

(Car non, permettre aux patrons de licencier plus facilement et à moindre coût, ne signifie pas causalement  vague de licenciements frénétiques : licencier leurs employés N' EST PAS l'objectif premier des entrepreneurs. Mais pouvoir embaucher sans crainte de se retrouver coincé avec un salarié non rentable et/ou incompétent, EST leur premier désir.)

Voilà. Bien entendu ce train de mesures n'est nullement exhaustif : le chantier est colossal, qui doit permettre notre mutation économique et notre restructuration sociale. Mais il fixe des repères.

Y'a plus qu'à !

Robert Willard
le 05/10/12

Repost 0
Published by Robert Willard
commenter cet article